Ici on parle du Numérique dans les Monts du Forez (42/63)...

Les principaux sujets abordés :

  • astuces
  • informatique
  • internet
  • logiciels
  • sécurités
  • mobiles
  • formation, inclusion
  • etc

Une ML c'est, https://fr.wikipedia.org/wiki/Liste_de_diffusion

Pour s'inscrire :

Il suffit de mettre son email, son nom, prénom, surnom, de cliquer sur le bouton SUBSCRIBE.

Le robot va envoyer une procédure en français vous expliquant quoi faire pour valider votre demande d'inscription.

A partir de là vous pouvez échanger, poser vos questions sur la ML. Elle est publique et non modérée.




1. Pourquoi une liste de diffusion ?

Lorsque l'on souhaite recevoir régulièrement des informations sur un sujet particulier, la solution la plus simple consiste à s'abonner à une lettre d'information sur support papier. Avantage de ce système, la personne reçoit directement dans sa boîte aux lettres à dates fixes des informations ciblées qu'elle n'aurait pas eu le temps de chercher de son côté. Inconvénients, il est très difficile de débattre avec d'autres abonnés et surtout ce type de service coûte très souvent excessivement cher.

Il existe à l'heure actuelle une autre solution qui reprend les avantages de l'abonnement papier mais sans les inconvénients. Au lieu de recevoir une lettre dans votre boîte postale, vous recevez tout simplement les informations directement par email. Ce type de service - appelé une liste de diffusion - est notamment utilisé sur Internet. En effet, le Réseau des réseaux permet l'envoi immédiat de milliers de messages à coûts réduits. Les listes de diffusion électroniques sont un précieux vecteur d'informations pour des groupes de personnes désireuses de communiquer entre elles sur un sujet donné (passions communes, gestion d'une association, suivi de projets, etc.).

2. Le courrier électronique est le vecteur de communication par excellence

Etant donné que la communication se fait exclusivement par l'intermédiaire du courrier électronique, les utilisateurs abonnés à la liste reçoivent quotidiennement des messages… auxquels ils peuvent instantanément répondre ! Autre avantage, les listes de diffusion sont souvent gratuites et vous ne devez payer que les communications téléphoniques et l'abonnement Internet. On est par exemple très loin des coûts engendrés par les lettres périodiques à vocation professionnelle disponibles sur support papier.

Il existe bien évidemment d'autres services de diffusion de l'information sur Internet. Cependant, ceux-ci souffrent de points faibles. Par exemple, le Web ne permet une diffusion de l'information que de manière unilatérale, à moins d'utiliser des formulaires permettant de déposer un message sur un serveur (solution qui se révèle souvent contraignante d'un point de vue ergonomique et pratique). Les newsgroups - aussi appelés forums de discussion - autorisent également l'envoi et la réception de messages à destination des personnes qui consultent ces forums. Toutefois, pour lire les messages sur un newsgroup, vous devez vous servir d'un logiciel particulier et télécharger les messages qui vous intéressent. Dans le cas d'une liste de diffusion, les messages arrivent directement dans votre boîte aux lettres électronique, sans que vous ayez à vous en préoccuper. Par ailleurs, il est très difficile dans les forums de se débarrasser d'une personne qui inonde les autres interlocuteurs de messages sans intérêt. Dans une liste de diffusion, l'importun peut être rapidement désabonné de cette dernière en cas de réels problèmes.

3. Il existe différents types de listes de diffusion

Il existe différents types de listes de diffusion : Une personne envoie un message à la liste. Tous les abonnés à cette dernière le reçoivent et peuvent y répondre s'ils le souhaitent. La réponse est alors expédiée à la liste. Il s'agit du système le plus utilisé. Une personne envoie un message à la liste. Tous les abonnés le reçoivent et peuvent y répondre s'ils le souhaitent. En revanche, la réponse est expédiée uniquement à l'auteur du message. Certaines listes de diffusion n'ont pas vocation à discussions. Une information déterminée (bulletin, revue de presse, etc.) est expédiée aux abonnés, lesquels ne peuvent pas s'exprimer dans la liste.

4. Un peu de technique

Sur le plan technique, l'envoi et la réception des messages s'effectuent par l'intermédiaire du SMTP (Simple Mail Transport Protocol) - il s'agit du protocole qui est utilisé sur Internet pour la gestion du courrier électronique. Le message envoyé à la liste électronique est traité par un automate (un logiciel fonctionnant en permanence sur un ordinateur), qui se se charge ensuite de redistribuer les messages à tous les participants. Lorsqu'une liste est dite "modérée", l'automate envoie tout d'abord les messages reçus à un modérateur - généralement le créateur de la liste - qui vérifie si leur contenu est conforme à la charte acceptée par les abonnés. Les messages satisfaisant à cette condition sont finalement réexpédiés à l'automate qui se chargera de les transmettre aux membres de la liste.

5. Ne pas confondre les messages et les commandes

Outre la gestion des messages envoyés par les abonnés, l'automate s'occupe également des procédures d'abonnement et désabonnement (entre autres). Ces opérations sont entièrement automatisées et nécessitent l'emploi de commandes particulières. Par exemple, la commande subscribe adresse_électronique_du_futur_abonné doit être inscrite dans le sujet ou le corps d'un email pour qu'elle puisse être correctement interprétée par l'automate. A noter que la syntaxe et le nombre d'instructions disponibles varient en fonction de l'automate gérant la liste de diffusion.

Il existe deux adresses électroniques distinctes permettant de gérer séparément les messages et les commandes. Il faut donc absolument éviter d'envoyer des commandes à l'adresse de la liste de diffusion proprement dite. Dans le cas contraire, vous inonderiez cette dernière d'emails inutiles. Par exemple, lorsque 20 abonnés d'une liste comptant 500 membres se trompent et envoient des commandes à la mauvaise adresse, ce sont pas moins de 10 000 messages sans intérêt qui transitent par Internet.

6. Créer sa propre liste de diffusion

Si la mise en place d'une liste de diffusion vous intéresse, deux solutions s'offrent à vous : créer votre propre liste à l'aide d'un logiciel adéquat ou faire appel aux services (souvent gratuits) d'hébergeurs Web. La première solution s'adresse avant tout aux personnes qui souhaitent gérer leur liste de A à Z. Cela nécessite un accès Internet permanent ainsi qu'un ordinateur équipé d'une grande quantité de mémoire vive, d'un gros disque dur et d'un processeur puissant. Par ailleurs, l'installation et la configuration des logiciels de gestion de listes sont souvent complexes et pénibles à mettre en œuvre. Si l'aspect technique vous rebute, tournez-vous vers un hébergeur de listes comme www.onelist.com par exemple (d'autres sites sont référencés dans les moteurs de recherche comme Yahoo ou AltaVista). Les interfaces permettant la gestion des listes sont généralement conviviales. Seul inconvénient, il vous faudra souvent accepter la présence d'une ou deux lignes de publicité dans chaque message. Pour en savoir plus sur les listes de diffusion, consultez le site Francopholistes.

© 1999-2000 Jean-Philippe Elie


Lue sur le net en avril 1995 et toujours d'actualité. Le cycle d'une vie d'une liste. Chaque liste semble suivre le même cycle

1 Enthousiasme initial (les gens se présentent et se félicitent beaucoup du bonheur de rencontrer des âmes soeurs).

2. Évangélisme (les gens gémissent sur le peu de personnes qui postent sur la liste et réfléchissent à des stratégies de recrutement).

3. Croissance (de plus en plus de gens se joignent, des liens de plus en plus longs se développent, des liens hors-sujet apparaissent parfois).

4. Communauté (beaucoup de fils de discussions, certains plus pertinents que d'autres; beaucoup d'informations et de conseils sont échangés; des experts aident d'autres experts ainsi que des collègues moins expérimenatés; l'amitié se développe; certains en taquinent d'autres; les nouveaux sont accueillis avec générosité et patience; chacun aussi bien le nouveau que l'expert est à l'aise pour poser des questions, suggérer des réponses, et partager des opinions).

5. Inconfort et diversité (le nombre de messages croît de façon dramatique; tous les liens ne sont pas passionnants pour chacun; on commence à se plaindre du ratio signal/bruit; la personne 1 menace de partir si «on» ne limite pas la discussion à son sujet préféré; la personne 2 est d'accord avec la personne 1 ; la personne 3 dit à 1 et à 2 de « lâcher un peu » 1 on consomme plus de bande passante à se plaindre des liens hors sujet qu'à utiliser les liens proprement dit; tout le monde s'ennuie).

a) Complaisance hautaine et immobilisme (les puristes flambent qui- conque pose une « vieille» question ou répond avec humour à un message sérieux; les nouveaux sont rejetés; le trafic ne correspond plus qu'à quelques sujets mineurs toutes les discussions intéres- santes se font par courrier privé et se limitent à quelques participants; les puristes passent beaucoup de temps à se congratuler réciproquement sur la nécessité de laisser les liens hors sujet en dehors de la liste).

(b) Maturité (quelques personnes partent en colère; les autres participants restent au stade 4, le stade 5 apparaissant brièvement à quelques semaines d'intervalle; beaucoup de gens usent de leur touche « delete », mais la liste retrouve ensuite la quiétude).


Ne pas voler les fils de discussion

On voit parfois, sur les listes de discussion, une personne commencer un nouveau sujet en *répondant* à un message précédent. Cela se nomme

  • voler un fil* et cela est une pratique gênante Pourquoi ?

Parce que les discussions par courrier électronique sont organisées en

  • fils* de discussion ("threads" en anglais, parfois traduit par

« thème » ou par « conversation ») et que cette pratique revient à mélanger deux fils, rendant ainsi plus difficile leur lecture.

Ces fils sont matérialisés, dans le message, par des en-têtes spécifiques, décrits dans la norme, le RFC 5322. Ces en-têtes, non affichées par défaut par la plupart des logiciels, sont :

  • In-Reply-To
  • References

Prenant comme valeur un *identificateur* de message ("Message ID"), ils permettent aux logiciels de reconstruire les fils et de les afficher proprement. Même si vous ne voyez pas ces en-têtes, les logiciels les lisent et modifient leur comportement.

Ainsi, si un message contient l'identificateur suivant :

Message-ID: <46FE3662.58C3075B@univ-nkc.mr>

la réponse, la suite du fil, comprendra :

In-Reply-To: <46FE3662.58C3075B@univ-nkc.mr> permettant ainsi aux logiciels de suivre le fil.

On peut voir cette organisation en fils avec, par exemple, des logiciels d'archivage des listes comme Mhonarc. Voici des exemples de pages Web montrant des fils de discussion :

  • http://xmlfr.org/listes/xml-tech/2007/09/index.html
  • http://fr.groups.yahoo.com/group/Unicode-Afrique/?m=0 (le nombre de
 messages de chaque fil est indiqué après le sujet)

De nombreux MUA permettent d'afficher les fils. Avec le MUA mutt, afficher les messages par fils se fait avec l'option set sort=threads dans le fichier de configuration (on peut aussi changer l'affichage dynamiquement avec la commande sort-mailbox, habituellement appelée par la touche o).

De même, beaucoup de MUA permettent d'ignorer complètement un fil. Si vous volez un fil existant, vos message seront donc également ignorés.

Donc, pour résumer, si vous voulez commencer un nouveau sujet, ne volez

  • pas* un fil de discussion existant. Créez un nouveau message.

Merci aux auteurs de l'excellent texte (http://linux.sgms-centre.com/misc/netiquette.fr.php) sur la nétiquette, qui comprend une section sur ce sujet.